FANDOM


Alien 32
Alien³
Titre VO: Alien³
Détails techniques
Réalisateur(s): David Fincher
Scénariste(s): David Giler, Walter Hill et Larry Ferguson
Acteurs principaux: Sigourney Weaver, Charles S. Dutton, Charles Dance, Lance Henriksen, Pete Postlethwaite
Société(s) de production: Brandywine Productions, Twentieth Century Fox
Pays d’origine: Flag of the United States.svg Etats-Unis
Sortie originale: 18 juillet 1986
Sortie française: 8 octobre 1986
Durée: 114 minutes
145 minutes (version longue)
Précédent: Aliens le retour
Suivant: Alien Résurrection

Alien³ est un film d'horreur et de science-fiction réalisé par David Fincher. Il est le troisième opus de la saga des Alien.

RésuméModifier

2179. Ellen Ripley et ses compagnons rescapés : Newt, le caporal Hicks et l'androïde Bishop sont en biostase à bord de l’USS Sulaco, en attendant leur retour sur Terre. Mais un œuf Alien éclot à l'intérieur du vaisseau. Le facehugger qui en sort brise le verre d'un des cryotubes et laisse échapper un peu de son sang acide au sol, ce qui déclenche un court-circuit, puis un incendie. Tandis que l'intérieur du Sulaco est dévoré par les flammes, l'ordinateur de bord fait évacuer les quatre cryotubes par EEV (Emergency Escape Vehicle). La capsule de sauvetage quitte le vaisseau et s'écrase peu après sur Fiorina 16, planète où est installé un pénitencier de haute sécurité.

Ripley est réveillée peu de temps après par le Dr. Clemens, le médecin de la prison, qui lui apprend qu'une fois de plus, elle est la seule survivante de son équipage : lors du crash, Hicks s'est empalé sur un vérin de sécurité et Newt s'est noyée dans son cryotube. Ripley doit donc cohabiter avec des détenus pour lesquels elle constitue une tentation, mais remarque, en visitant la capsule de secours, une marque vraisemblablement laissée par de l'acide sur le cryotube de Newt : y avait-il un alien à bord ?

Voulant en avoir le cœur net, Ripley demande à Clemens, sous couvert de la menace d'une épidémie de choléra (ce que Clemens ne croit pas du tout), d'effectuer une autopsie sur le corps de la fillette. L'investigation ne donne rien, et à sa demande, les corps de Newt et Hicks sont incinérés dans la fonderie. Mais au même moment, dans une cellule, un rottweilerN 1 qui était présent lors de la découverte de l'EEV est pris de convulsions, et un xénomorphe finit par jaillir de son corps.

En parallèle, Clemens et Ripley se lient d'amitié, allant jusqu'à passer la nuit ensemble. Clemens lui brosse l'historique minable de la station : un pénitencier installé par la compagnie Weyland-Yutani, qui abritait autrefois 5000 détenus, chiffre désormais réduit à 25, avec deux superviseurs et un médecin en plus. À la fermeture du centre, ces détenus ont décidé de rester, comme « gardiens des lieux », pour faire fonctionner le haut-fourneau du complexe. Ils en ont profité pour créer une nouvelle religion, « une forme de christianisme teinté de millénarisme apocalyptique », selon Clemens. Ce dernier élude toutes les questions concernant son passé, de même que Ripley.

Le lendemain, le nouvel alien quadrupède tue un détenu en le poussant dans un ventilateur de 3 mètres de diamètre en marche. Sur place, Clemens est intrigué par une marque similaire à celle trouvée sur le caisson de Newt dans l'EEV. Peu après, l'alien s'en prend à un groupe de trois prisonniers en vadrouille dans les couloirs, en tuant deux. De son côté, Ripley décide de reconnecter l'androïde Bishop dont les restes ont été jetés aux ordures. Après avoir échappé à une agression sexuelle grâce à l'intervention de Dillon, « mentor » autoproclamé des prisonniers, Ripley parvient à connecter Bishop sur l'enregistreur de vol de la capsule de secours. Celui-ci lui confirme l'origine de l'incendie à bord du Sulaco, mais aussi qu'un alien les a suivis dans l'EEV, et qu'il se trouve probablement avec eux, dans le centre. Il lui indique également que la compagnie W-Y est au courant de tout ce qui s'est passé à bord. Terrorisé, Golic, le survivant de l'attaque de l'alien, est suspecté par Andrews d'avoir tué ses deux camarades (à cause de son passé violent), bien qu'il clame que c'est un "dragon" qui est responsable des meurtres. Ripley, qui écoute ce qu'il dit, affirme qu'il dit vrai. Elle fait part de ce qu'elle sait au directeur Andrews, qui refuse de la croire et qui lui rétorque qu'il n'y a de toute façon pas d'armes dans la colonie. Leur seul espoir de protection reste le cargo de ravitaillement envoyé par la compagnie Weyland-Yutani pour récupérer Ripley. Cette dernière est "bouclée" en quarantaine à l'infirmerie sur ordre d'Andrews.

À l'infirmerie, Clemens finit par se confier à Ripley : considéré comme un futur grand chirurgien après ses années de faculté, il a cependant provoqué accidentellement la mort de 11 patients en se trompant dans le dosage des piqûres, car il était ivre ce jour-là. Il fut emprisonné sur Fury 161, et décida de rester à la fermeture du centre car il n'avait nulle part où aller. Alors qu'il fait une piqûre à Ripley, Clemens est tué par l’alien qui s'approche également de Ripley mais l'épargne pour une raison inconnue. Alors qu'elle court prévenir les autres, l’alien tue brutalement le directeur Andrews sous les yeux des prisonniers. Désormais conscients de la menace qui plane sur eux, ces derniers organisent un plan : acculer l’alien dans un local initialement destiné aux déchets nucléaires mais inutilisé, à l'aide d'un produit hautement explosif et inflammable (le quinitricéthylène) stocké en quantité dans le pénitencier.

Pendant que les prisonniers répandent le produit dans les couloirs et les conduits d'aération afin d'en chasser l'alien, celui-ci tue un prisonnier qui portait un bâton de signalement lumineux. Le bâton tombe à terre et émet une étincelle dans un couloir dont le sol est recouvert de quinitricéthylène, ce qui déclenche un ouragan de flammes dans les couloirs du pénitencier. Alors que les prisonniers se font décimer, Dillon active le système anti-incendie, ce qui met fin aux feux et aux explosions, mais une dizaine de prisonniers sont morts dans les flammes, pris à leur propre piège.

Aidée d'Aaron, le second superviseur du pénitencier (surnommé « 65 » par les détenus — « 85 » en VO — en raison de son faible QI), Ripley utilise l'imagerie médicale de l'EEV car elle ressent des douleurs suspectes. Elle découvre alors qu'elle porte en elle l'embryon d'une reine alien, ce qui explique pourquoi l'alien l'a épargnée.

Se doutant que l'alien ne va pas la tuer à cause de l'embryon qu'elle porte en elle, Ripley part à sa rencontre dans les « bas-fonds » de la colonie. Elle se retrouve nez-à-nez avec lui, mais n'arrive pas à le tuer. En revenant voir les survivants, elle tombe sur Dillon, à qui elle explique qu'elle porte un embryon de reine alien, et le supplie de la tuer. Dillon s'apprête à le faire, mais il lui explique qu'elle est sa seule chance de tuer l’alien et qu'il a besoin d'elle vivante, lui promettant cependant de la tuer mais une fois l’alien mort. Ils se rendent ensuite à la fonderie où sont rassemblés les survivants.

Ces derniers, démoralisés par la mort de leurs camarades alors que l’alien court toujours, refusent de bouger et préfèrent attendre les hommes de la navette de sauvetage. Mais Dillon et Ripley refusent d'abandonner : tandis que cette dernière leur expose les projets de la Weyland-Yutani et leur apprend que seule la vie de l'alien compte vraiment pour la compagnie, Dillon parvient à les remotiver et à leur faire jurer de se battre jusqu'à la mort. Seul Aaron refuse de se joindre à eux.

Les prisonniers élaborent alors un plan de la dernière chance : attirer l’alien dans le creuset de la fonderie et l'y noyer sous 10 tonnes de plomb en fusion, en servant eux-mêmes d'appâts. Après d'interminables courses-poursuites dans les couloirs du pénitencier et la mort de tous les prisonniers restants (à l'exception de Morse), dont Dillon lui-même qui se sacrifie pour retenir l'alien dans le creuset de la fonderie, Ripley parvient à tuer l'alien, en l'exposant à un choc thermique brutal à l'eau froide après un bain dans le plomb fondu.

Pendant ce temps, Aaron, qui n'a pas pris part au plan, attend l'équipe de sauvetage de la compagnie Weyland-Yutani, dont il est le seul à connaître l'arrivée imminente. Celle-ci arrive au moment où l'alien est attiré dans la fonderie. L'équipe est composée de soldats lourdement équipés et de scientifiques, dont un sosie de Bishop qui explique être le créateur de l'androïde. Celui-ci tente de convaincre Ripley de se faire enlever la créature par chirurgie, mais celle-ci refuse. Morse, voulant défendre Ripley, se fait alors tirer dessus par les soldats ; Aaron, resté jusque-là neutre, attrape une grosse pince et blesse Bishop. Son acte d'héroïsme lui vaut cependant de se faire abattre. Bishop demande alors une dernière fois à Ripley de les accompagner, mais pour toute réponse celle-ci saute dans le feu de la cuve du haut-fourneau, tandis que la reine, en train de naître, lui perfore l'abdomen ; Ripley la retient fermement pour l'empêcher de fuir et l'entraîne dans la mort.

Le film se termine par une séquence montrant la fermeture de la prison, alors que le seul survivant, Morse, est conduit ailleurs. Le dernier plan montre la capsule de secours du Sulaco pendant que l'on entend l'enregistrement sonore des dernières paroles de Ripley, « dernière survivante du Nostromo », lors du premier Alien.


Fiche techniqueModifier

  • Titre original et français : Alien3
  • Réalisation : David Fincher
  • Scénario : David Giler, Walter Hill et Larry Ferguson, d'après une histoire de Vincent Ward, d'après les personnages de Dan O'Bannon et Ronald Shusett
  • Musique : Elliot Goldenthal
  • Photographie : Alex Thomson et Paul Beeson (seconde équipe)
  • Montage : Terry Rawlings
  • Décors : Norman Reynolds
  • Costumes : David Perry et Bob Ringwood
  • Superviseur des effets visuels : Richard Edlund
  • Designer des créatures : H.R. Giger
  • Effets de l'alien par : Alec Gillis et Tom Woodruff
  • Producteurs : Gordon Carroll, David Giler et Walter Hill
    • Coproductrice : Sigourney Weaver
    • Producteur délégué : Ezra Swerdlow
  • Sociétés de production : 20th Century Fox et Brandywine Productions
  • Société de distribution : 20th Century Fox
  • Budget : 50 000 000 $
  • Pays d'origine : États-Unis
  • Langue originale : anglais
  • Format : Couleur - 35 mm - 2,35:1 - Dolby Surround
  • Genres : Horreur, science-fiction
  • Durée : 114 minutes / 145 minutes (version longue)
  • Dates de sortie :
    • États-Unis : 22 mai 1992
    • Royaume-Uni : 21 août 1992
    • France : 26 août 1992
  • Classification : France Interdit aux moins de 12 ans lors de sa sortie en salles

DistributionModifier

NotesModifier

MédiasModifier

GalerieModifier

VidéosModifier